Pirineos Sur a célébré à Lanuza la grande fête de la musique gitane avec quatre concerts consécutifs

« Nous allons essayer de vous faire passer un bon moment ». C’est avec ces mots de Diego Carrasco que la soirée la plus festive de Pirineos Sur a commencé, « Gitano Mix ». Six heures de musique et un public complètement acquis à la cause ont fait de cette promesse une réalité. Sur la scène de l’Amphithéâtre de Lanuza  se sont succédées les plus grandes stars de la musique gitane, chacune avec leur propre style : le décomplexé flamenco rock de Diego Carrasco, les infaillibles hits des Gypsy Kings d’André Reyes, le trap d’influence flamenco de Chavea Music Factory et les rythmes balkaniques et électroniques de Shantel. Et oui, les plus de 2 000 personnes qui ont répondu présent au rendez vous ont profité de la nuit la plus animée du festival.

Diego Carrasco revenait à Pirineos Sur pour la troisième fois et l’occasion ne pouvait pas être plus festive: la tournée de son cinquantième anniversaire comme artiste. C’était l’état d’esprit de sa représentation où il ne manquait ni famille ni amis : son neveu Maloko, (fantastique lors de sa première collaboration « Probe de mí »), son fils Ané Carrasco (à la percussion), Carmen Amaya (déversant son talent dans « Vida y Gloria ») et les membres habituels du groupe.

pirineos sur_DSC1489 (1)

Avec les arrangements rock qui le caractérisent et sa grande désinvolture, Diego Carrasco a mené une performance en constante progression qu’on aurait aimé voir se poursuivre même s’il a conclu avec de superbes « Alfileres de colores » et « Hippytano ».

Ce fut ensuite le plat de résistance de la soirée. L’allure imposante d’une file de six guitares parfaitement alignées avec en tête André Reyes forçait déjà le respect. Peu de groupes peuvent se vanter d’une série de succès comme celle des Gipsy Kings. En moins d’une demi heure, « A tu Vera », « Djobi Djoba » ou « caramba » avaient déjà résonné dans Les Pyrénées ce qui ne pouvait laisser indifférente aucune hanche.

230_GitanoMix_Gipsy_PirineosSur

Mais les Gipsy Kings d’André Reyes sont beaucoup plus qu’une machine à hits, c’est un groupe à la mécanique très bien huilée composé d’excellents musiciens (la travail de Chico Castillo fut notable) qui savaient imprégner des nuances et manier le rythme. Ainsi on a pu écouter les mélancoliques « Un amor » et « Ramito de violetas » ; et la magnifique “Pharaon”, avec Mario Reyes démontrant toute sa dextérité aux six cordes. Nous n’avons pas pu jouir de leur mythique version d’ « Hotel Caifornia » des Eagles, mais ils nous ont offert un splendide « My Way », avec lequel André Reyes nous a démontré ses excellentes capacités vocales.

Bien évidemment, les cris, les « palmas » et les danses les plus endiablées sont arrivés avec les infaillibles « Bamboleo » et « Vamos a bailar »,  qu’ils ont placés stratégiquement pour la dernière ligne droite du concert. Au total, une heure et demie de rumba, joyeuse, exécutée à la perfection et très entraînante, des adjectifs attribuables à un petit nombre dans le genre. Un luxe dont seul Pirineos Sur aura pu profiter cet été.

La fête continuait, mais cette fois au travers du présent le plus enragé avec le collectif Chavea Music Factory. Le trap est arrivé et compte bien s’installer, toute une génération s’est imbibée de ces rythmes et ce n’était qu’une question de temps avant que le virus n’atteigne le flamenco. Moncho Chavea, Elías Original et Omar Montes est un trio de Madrid, des quartiers de pan bendito et cañorroto. C’est de là qu’ils ont composé la formule pour mélanger les deux genres mais en y ajoutant de petites doses de reggaeton et d’électronique.

236_GitanoMix_ChaveaMusic_PirineosSur

Ils sont arrivés à Pirineos Sur avec soif de succès. Ils étaient tout juste de retour d’un festival à New York et ils savaient que leur moment était venu, que l’Amphithéâtre de Lanuza pouvait leur mettre définitivement le pied à l’étrier. Ils n’ont encore pas publié de disque mais leurs vues sur You Tube se compte par millions, et ils viennent de signer pour la Warner en ayant des titres parfaitement travaillés.

Ils ont charmé et dérangé en même temps, c’est le prix à payer pour aller de l’avant, le péage à payer pour faire tomber les barrières stylistiques et c’est justement là l’esprit de Pirineos Sur. Ils ont le flow, ils ont l’attitude et ils ont une enviable jeunesse. Avec le concert qu’ils ont donné hier, un avenir plus que prometteur les attend.

Une pause devenait nécessaire après plus de quatre heures de concert. Et tandis que nous écoutions un remix de « Crystalline » de Bjork, un marteau piqueur rythmique immatriculé dans les balkans a écrasé un public qui ne s’y attendait pas. Les 2 000 personnes qui s’agglutinaient au bord du lac de Lanuza se sont livrés corps et âmes a Shantel et son Bucovina Club Orkestar, qui se sont révélés être la conclusion parfaite pour Gitano Mix.

Shantel, bien qu’il vienne du monde de l’électronique allemande, est un fin connaisseur de la tradition balkanique et cela fait plusieurs années qu’il donne de trépidants concerts comme celui d’hier, où il a mis de côté sa casquette de Dj pour laisser entièrement la vedette aux vents et à son côté chanteur, guitariste et maître de cérémonie.

pirineos sur_DSC2536

« Disko Partizani » a commencé à chauffer l’ambiance et le succès s’est dessiné au fur et à mesure d’un répertoire adéquat qu’ils ont su faire osciller entre la musique balkanique, le ska et le dub. Lorsqu’ils se sont mis à jouer « Bucovina » et avec leur clin d’œil à”Bella Ciao” le climax de Gitano Mix était atteint, qui s’est conclu comme la grande fête qu’elle était : Un public nombreux invité à monter sur scène avec les musiciens et une version du classique « Monkey man ». Shantel a quitté Pirineos Sur pour sa seconde visite  de la même manière que la première fois : porté en triomphe.

top