Josan Rodríguez, Prix Pirineos Sur, clôturera demain le festival avec son projet de danse intégrée Canela Fina

Le festival touche demain à sa fin et il le fera avec le spectacle d’un des Prix Pirineos Sur de cette année : Josan Rodríguez, dans la catégorie Intégration pour « son audace et son dépassement », selon Miguel Garcia, président du Conseil Général du département de Huesca le jour de la remise du prix. Demsin à 20h dans la Cour des Ecoles on pourra assister à son projet de danse intégrée Canela Fina ainsi qu’à la représentation de Chocolat Circo Music. Les deux propositions ont en commun de s’exprimer à travers la musique, la danse et les arts circassiens otut en cherchant de nouvelles formes d’expression.

Par ailleurs, Josan Rodríguez –qui a subi un accident dont il garde de graves séquelles- est un des grands fidèles de Pirineos Sur, assidu année après année, et c’est un parfait exemple du caractère éclectique du festival oscense. Le président du Conseil Général a également tenu à dédier le prix « au public fidèle qui a grandi avec nous »

Josan Rodríguez, qui s’est montré très ému lors de la remise des prix, l’a partagé avec « tous ceux qui m’accompagne chaque jour, ce qui m’aide à me lever la matin ». Il a reconnu « qu’à Pirineos Sur, il y a eu des jours ensoleillés, des jours de pluie et même de grêle » mais il a incité «  à jouir du Festival jusqu’au bout », dont il aura la charge à cette occasion.

Josan Rodríguez a publié récemment son livre “El equilibrista. Otra forma de caminar” (L’équilibriste, une autre façon de marcher), dans lequel il raconte son histoire personnelle de dépassement d’un point de vue différent. L’auteur espère que son livre puisse aider d’autres personnes et concilier la réalité de la diversité fonctionnelle et la société.

Après une longue hospitalisation, réhabilitation et rééducation, Josan est un passionné de la vie, des voyages, de la musique et de la culture. Il collabore également dans un programme radio, il a publié plusieurs récits, il participe à des tâches de bénévoles et il donne des conférences sur la motivation dans des centres éducatifs.

De la musique pour guérir

Après 16 jours intenses, pleins d’émotions, quoi de mieux pour se relaxer qu’un concert pour soigner le mental ? Carlos Barona offrira une session avec des bols tibétains et en quartz, des tambours, des boîtes harmoniques, des clochettes, des flûtes tibétaines et des chants gutturaux pour amener les assistants à une déconnexion totale.

C’est ensuite que se connecteront les sons des plantes. Grâce au système Music of The Plants les biorythmes des plantes sont captés et traduits en une gamme de sons naturels qui varient selon chaque espèce et qui interagissent avec l’environnement.

“Ce que je fais avec ma musique c’est obtenir la déconnexion et c’est ensuite que vient la guérison”, explique Carlos Barona lui même,  qui anime des ateliers et réalise des concerts à Pirineos Sur pour la deuxième année consécutive. « Je suis très satisfait de la réception du public, au total plus de 60 personnes  seront venues et toutes ont fini par savoir réaliser des chants armoniques ». Le rendez-vous aura lieu à 17h au Polideportivo de Sallent, avec entrée gratuite jusqu’à remplir la salle.

Presque 200 personnes passeront par les ateliers de dessin “Vuelta con el cuaderno”

Il y a presque dix ans  est né “De Vuelta con el Cuaderno” et depuis trois ans, il n’est pas rare de tomber aux premiers rangs des concerts de Pirineos Sur sur plusieurs personnes avec d’étranges lumières autour du cou en train de dessiner.  Aujourd’hui, ils font partie du festival et cette année ils ont animé trois ateliers et demain se tiendra le dernier, dirigé par Sara Lugo y Julio Casado. Au total, on estime qu’environ 200 personnes seront passées par leurs clases.

“Ce n’est pas évident de faire ce type de dessins parce que la particularité tient au fait de capter le moment, de les faire rapidement. Normalement, les couleurs et les détails nous les terminons le lendemain, explique Sara Lugo. « Normalement j’attends un peu pour me fixer  sur les expressions et les mouvements des artistes et lorsque je les ai, j’essaie de les concrétiser sur le papier. Ensuite, il y a des éléments, comme les instruments, que tu connais déjà que tu as déjà dessiné auparavant ». Ceux qui veulent en apprendre davantage sur cet art divertissant peuvent assister à l’atelier qui se tiendra à 18h aux Marchés du Monde. « La musique me fait mieux dessiner », conclut Lugo.

 

top