Les Marionnettes de Binéfar célèbrent leurs 10 000  représentations face au public le plus familial de Pirineos Sur

 

Joie absolue. Voilà la meilleure définition de ce qu’ont ressenti les plus petits et leurs familles avec le spectacle qu’ont offert Les Marionnettes de Binéfar à l’Amphithéâtre de Lanuza. Ce fut leur 10 000ème représentation, ou presque. Car avec 40 ans de métier, qu’ils viennent de fêter, et des représentations dans plus de 50 pays, il est difficile de tenir des comptes précis. Les Marionnettes étaient en fête et cela s’est vu : ils n’ont pas lésiné sur les efforts et les ressources. Ils sont revenus sur leurs grands succès mais ils ont également révélé quelques unes de leurs nouvelles chansons accompagnées de marionnettes, animaux géants, masques, éléphants volants… Tout a été entrepris pour surprendre et déclencher les rires qui ont envahi le lac pendant une heure et demie tout le long de leur intense spectacle.

apirineos surpirineos sur_DSC6218

 

Mais auparavant, Begoña Puértolas, la directrice exécutive de Pirineos Sur, s’est chargée de faire la présentation du concert et a insisté sur la grande importance qu’ont eu et qu’ont aujourd’hui encore Les Marionnettes de Binéfar dans la valorisation de la tradition populaire aragonaise. Le spectacle s’est ouvert de façon émouvante avec une réelle déclaration d’intentions : Paco Paricio et Pilar Amorós, seuls sur scène, comme la première fois, chantant « Que le spectacle commence ! » et « Antón Pirulero », de façon très sobre, à l’image de ces deux musiciens qui, il y a 40 ans  ont misé sur la voie la plus difficile pour connaître le succès et rendre heureux à des milliers d’enfants. Puis le spectacle a vite démarré avec les chansons attendues comme « Las raposas » et « La despelona » et les artistes sont entrés en scène, avec parmi eux leurs enfants et petits enfants.

Ils ont joué de nouvelles chansons (“guantanamera”, “duermete negrito”, “La muralla”), ils ont revendiqué le legs de Bob Dylan (“Animals”) et ils ont également dévoilé leur nouvelle marionnette de Labordeta sur la chanson « arremójate », montrant ainsi que 40 ans n’est qu’un début et qu’ils en ont encore sous le pied. La fête s’est terminée avec les incontournables « Los esqueletos » et « Arriba las vacaciones » mais leur insatiable public en réclamait davantage, ce qui les a poussé à descendre de scène pour aller les embrasser. Les marionnettes de Binéfar seront toujours associées à la joie et aux rires  des plus petits.

 Decarneyhueso à Couleur Café

Mer, voyages, chansons immigration, échange de cultures… Ce sont les thèmes que traitent Decarneyhueso dans leurs représentations  et justement ce sont des mots qui définissent parfaitement la vie de María Dolores Pradera. Le deuxième concert au château de Larrés s’est de nouveau soldé par un grand succès et une demi heure avant le début du concert, la salle était déjà presque pleine pour voir ce projet musical de l’acteur de renom Jorge Ursón.

pirineos sur_DSC5707

Adán Carreras (basse, guitare et voix), Jesús Garrido (guitares, claviers et voix), Nelson Dante (percussions et voix) et Fernando Favier (percussion) complètent un magnifique groupe qui manipule avec aisance le patrimoine culturel latin, le remettant au goût du jour tout en le respectant, aussi bien dans leurs versions (« Negra presuntuosa » de Susana Baca, « De carne y hueso » de María Dolores Pradera elle même, « La estrella azul » de Mercedes Sosa) que dans leurs propres chansons (« Chacarera del viajero », « Esperando »).

Usón s’est servi de sa facette d’acteur pour mener un show avec une forte dose de théâtralité, de sonorités profondes et intenses, d’esprit revendicatif (immigration, droits humains) le tout accompagné de bonne musique. Car ce fut bien plus qu’un concert habituel, ce fut une valorisation de la chanson traditionnelle hispano américaine  chargée de beauté et une rencontre où la poésie a joué un rôle fondamental, avec des allusions constantes à des artistes comme Jaime Gil de Biezma, Miguel Labordeta ou José Antonio Rey del Corral.

top