Les Crystal Fighters ont converti l’Amphithéâtre de Lanuza en piste de danse avec un show explosif

337_Pirineos_Sur_FotoJavierBroto
331_Pirineos_Sur_FotoJavierBroto
352_Pirineos_Sur_FotoJavierBroto

Le groupe à succès a démontré qu’il n’y a aucun festival ou salle de spectacle qui ne résiste à leur infaillible mélange de folk et de musique électronique

La nuit la plus longue de Pirineos Sur, intitulée « Viva London ! » a attiré plus de 4000 personnes

United Vibrations, Family Atlantica et Elijah & Skilliam ont complété l’affiche et ont offert de remarquables concerts qui ont permis de faire découvrir le son des rues de Londres

La scène flottante attend aujourd’hui le rappeur Kase.O, qui affiche déjà complet

La nuit la plus festivalière de Pirineos Sur, cette année intitulée « Viva London ! », a résulté encore une fois être un succès. Plus de 4000 personnes sont venus à l’Amphithéâtre de Lanuza pour découvrir les nouveaux sons qui surgissent des rues de Londres, dont ceux des United Vibrations, Family Atlantica et Elijah & Skilliam. Mais sans nul doute, le moment culminant de cette soirée, lorsque le public s’est libéré, était la performance des tant attendus Crystal Fighters.

Du jazz pour enflammer une longue et intense nuit

« Viva London! » a démarré en douceur, avec les derniers rayons du soleil illuminant le lac, avec un des après-midis les plus agréables qu’on ait pu avoir pour cette édition de Pirineos Sur. Avec de telles conditions, les United Vibrations ont monté sur la scène flottante à 20h30. Jusqu’alors le jazz avait été présent dans le festival mais de manière subtile, comme influence, mais hier il a résonné en puissance avec la performance de ce quatuor londonien.

Dans les rues de la capitale anglaise cohabitent des cultures de tout type en harmonie et comme résultat apparaissent des propositions comme celle des United Vibrations. Du jazz mêlé à de l’afro-beat et de subtiles touches de dub et de folk sont les ingrédients pour donner vie à des chansons suggestives comme « Beyond Babylon » ou « No space ».

La musique de trois continents

A Londres il y a aussi des groupes aux sons africains. Dans une ville si multiculturelle, ce n’est pas étonnant que dans un même groupe se réunissent des artistes de trois continents différents (Europe, Afrique et Amérique), comme c’est le cas de la Family Atlantica. Dans ce deuxième concert nous avons eu droit à de l’afro-beat encore une fois, mais beaucoup plus accentué, pour un pari rythmique.

« Joropo » a servi de prise de contact, et « Gahu » quant à elle a servi de démonstration de force et de maitrise des percussions. Bien que le public était impatient de voir les Crystal Fighters, la Family Atlantica a donné un impeccable concert qui a surpris à plus d’un et a fait chauffer la piste de danse (« Manicero », « Okoroba ») en vue de la suite des événements.

La grande fête des Crystal Fighters

« Yellow sun ». Ils n’ont pas eu besoin de beaucoup plus pour révolter un public gagné d’avance. Leur sens du rythme à toute épreuve, des mélodies et du spectacle offrent peu de marge d’erreur. Le troisième titre était déjà un sérieux avertissement de ce qui attendait au public : « LA calling ». Mais « Love is all I got » n’a pas tardé à venir, qu’ils considèrent eux-mêmes comme une philosophie de vie. Plus de 4000 âmes ont sauté, photographié, filmé et chanté à l’unisson sur un des titres qui a marqué les nouvelles générations.

La scène s’est répétée avec « I Love London », plus acoustique que dans l’album, « Love natural » et « At home » ont résonné dans l’enceinte déjà transformée en piste de danse dans le peu d’espace restant. Ils ont même eu le temps de présenter les nouveaux titres de leur dernier album (« Good girls », « In your arms » et « All night ») et de lancer un discours comme un ode à l’unité des cultures et des couleurs.

Ils ont couronné le tout de manière infaillible avec « Xtatix truth » et « Plage » (avec lancer de ballons dans le public) et se sont confirmés comme un des groupes indispensables pour comprendre la scène indie actuelle.

Le nouveau grime

Ont conclu la nuit Elijah & Skilliam, deux DJs qui font beaucoup parler d’eux dans la scène underground de Londres. Leur session était calculée et précise, approfondissant le grime et ses ramifications et variantes de l’électronique. Avec un spectacle sobre et mathématique, ils ont réussi à maintenir la fête une heure de plus, avant que tout le monde ne se rendent au pavillon de Lanuza pour les sessions de DJs.

AUJOURD’HUI, SAMEDI 28 JUILLET

La plus grande star du rap espagnol

Kase.O jouera ce soir pour la première fois à Pirineos Sur, avec l’affiche « complet » pendue à tous les guichets, et viendra présenter son dernier album « El Círculo », déjà disque d’or. Il fait salle comble partout où il va, comme lors de son concert à Saragosse, sa ville natale, au mois de mars.

Rap hardcore, mélancolique, romantique et sensuel. Ainsi s’écoute « El Círculo ». Aidé à la production et au mix par Gonzalo Lasheras et RdeRumba, le rappeur aragonais nous révèle également une facette de musicien, composant lui-même plus de la moitié des titres.

Bejo: la rénovation du hip-hop espagnol

Bejo, qui ouvrira le concert d’aujourd’hui, était une des figures les plus importantes de l’année 2016, personnifiant le poids croissant du son de l’archipel des Canaries. De plus, pour ces performances il vient accompagné d’une autre figure montante, DJ Pimp. Il reconnaît sans problème les influences du rap espagnol, comme Sólo Los Solo, Nach, ToteKing, 7 Notas 7 Colores ou Mala Rodríguez : mais il se trouve très proche des nouveaux sons de Dellafuente ou Agorazein. Il ne rejette pas non plus sa passion pour les rythmes chauds de la salsa au reggaeton.

Fin de soirée avec R de Rumba aux platines

Si Kase.O est la grande star sur scène, R de Rumba est la star des platines. L’inséparable DJ des Violadores del Verso offrira une session ce soir dans le pavillon de Lanuza. Grand amateur de vinyle, quand il n’est pas avec son groupe il trouve toujours le temps de réaliser quelques sessions, de rap ou de tout l’univers noir, jazz, funk, soul…

Un défilé purement aragonais

La journée d’aujourd’hui commencera à 12h avec l’association musicale Batucada Pirenaica Dingolondango. Ce défilé s’est formé en 2011, lorsqu’un groupe de personnes de Sabiñanigo et ses alentours ont eu l’opportunité de se regrouper autour des percussions dans le but de passer un bon moment et d’apprendre des rythmes et des techniques de la musique brésilienne.

Musiques de la terre aragonaise

Joaquín Pardinilla accompagné de son sextuor seront les vedettes du concert familial qui se célèbrera aujourd’hui sur la scène des Marchés du Monde à 19h30. Le sextuor de Pardinilla est considéré comme un laboratoire où les musiciens cherchent à créer un langage sonore dans le cadre de la musique de racines. Ils ont leur propre répertoire, mais insèrent également des titres traditionnels aragonais, comme ils l’ont fait dans leur nouvel album « Guatizalema ».

337_Pirineos_Sur_FotoJavierBroto

top