La tradition et les nouveaux sons se sont unis pour une journée très marquée par l’esprit africain

PSUR dia 26 106 Foto Javier Blasco_Pirineos Sur
PSUR dia 26 113 Foto Javier Blasco_Pirineos Sur
PSUR dia 26 086 Foto Javier Blasco_Pirineos Sur

Diana Baroni Trio a conclu le cycle Couleur Café avec un concert qui a uni les sons du continent africain avec ceux de l’Amérique du Sud

Toto St. et Elenco da Paz étaient les vedettes de la Noche Casa África et ont prouvé qu’ils sont unes des promesses montantes de la musique angolaise.

Ce soir, Golden Dawn Arkestra, un groupe très influencé par le musicien Sun Ra, jouera sur la scène des Marchés du Monde

 

Diana Baroni Trio a conclu le cycle Couleur Café avec un concert qui a uni les sons du continent africain avec ceux de l’Amérique du Sud

Toto St. et Elenco da Paz étaient les vedettes de la Noche Casa África et ont prouvé qu’ils sont unes des promesses montantes de la musique angolaise.

Les rythmes africains sont revenus en force hier à Pirineos Sur, avec le concert de Diana Baroni Trio dans le Club Multisports de Sallent de Gállego, et avec le double programme organisé par la Noche Casa África, avec Elenco da Paz et Toto St. sur la scène des Marchés du Monde.

Saveur latine et africaine pour clôturer Couleur Café

Couleur Café s’est achevé pour cette année avec le concert de Diana Baroni Trio. Cette artiste argentine fusionne depuis des années de manière notable la musique traditionnelle de l’Amérique du Sud avec la culture africaine et c’est ce qu’elle est venue démontrer au Club Multisports de Sallent de Gállego. L’équilibre a finalement penché pour les rythmes du nouveau continent, sans un certain arrière gout africain.

Très bien accompagnée de musiciens de renoms (aux percussions et aux cordes), elle a réalisé un voyage au départ de l’Afrique en passant par l’Argentine, le Brésil ou la Colombie et ses styles musicaux, tous décorés par son intense et émouvante manière de chanter. Elle n’a pas non plus oublié les grandes figures féminines qui ont laissé leur marque en Amérique du Sud, comme Chavela Vargas, ni les ravages qu’a causé l’esclavage. Toute une leçon d’histoire sociale et de musique dans un format intime et sans superficialité.

Une voix chaude entre balades et rythmes frénétiques

Le concert de Toto St. a ouvert la Noche Casa África, un Angolais qui après 20 ans de carrière, réalise sa première tournée. Avec un groupe au format très occidental (percussions, basse, guitares acoustique et électrique), il s’est baladé très aisément comme pour un limbo entre le soul et la R’n’B plus classique (qu’il ne serait pas étonnant d’entendre sur les radios de notre pays) et des rythmes plus propres de leur région (comme la kizomba et le semba).

Il a réalisé aussi bien de jolis mi-temps enrobés par sa voix chaude, avec même quelques titres dédiés à sa femme, et des titres au rythme frénétique, avec comme vedette son bassiste qui a offert les moments les plus intéressants de la performance (« Ame ndukossole »).

Le son des rues d’Angola

Avec Elecon da Paz, la nuit a pris un virage à 180 degrés. Quatre rappeurs lançant des rimes à la vitesse de la lumière accompagnés d’un DJ, qui n’hésitait pas à monter sur sa propre table de mixage à tout moment, transformant la scène des Marchés du Monde en son propre territoire avec leurs propres règles.

Ils étaient si à l’aise que cela avait plus l’air d’un concert entre amis dans les rues d’une ville angolaise que d’un concert habituel d’un festival. Leur musique et leurs paroles faisaient ressentir le sentiment de la culture qu’ils représentent et c’est leur meilleure vertu. Leur savoir-faire à l’heure de mélanger le hip-hop et le kuduro a fait que le public venu en nombre se laisse porter par leurs irrésistibles rythmes et une fois de plus le festival s’est transformé en une fête incontrôlable.

AUJOURD’HUI, JEUDI 27 JUILLET

Dans l’ombre de Sun Ra

Golden Dawn Arkestra, un collectif avant-gardiste d’afro-beat psychédélique, sera chargé d’animer la scène des Marchés du Monde (22h30) avant un intense week-end à Pirineos Sur. Leur style musical et esthétique est fortement influencé par le disparu musicien de jazz Sun Ra, leader de la Sun Ra Arkestra.

Un spectacle basé sur la richesse de la culture africaine

Fekat Circus, d’Ethiopie, présentera aujourd’hui à 20h dans la cour des écoles son spectacle « The rise of the moon ». Cette compagnie, accompagnée par les Kenyans Slum Drummers, ravit toutes les salles où elle passe. La fusion de ces groupes de jeunes pleins d’énergie nous transporte dans ce monde magique et plein de vie qu’est l’Afrique.

Conférence au contenu social

Fekat Circus ouvrira la journée d’aujourd’hui avec une conférence du projet de cirque social d’Addis Abeba qui se réalisera dans le club Multisports de Sallent de Gállego (12h00). En 2004, Dereje Dagne, un jeune qui a grandi dans les rues de cette ville, a monté un cirque avec d’autres enfants de la rue. Il s’est vite rendu compte du changement positif que cela apportait dans leurs vies et il a décidé de le partager avec d’autres enfants.

PSUR dia 26 106 Foto Javier Blasco_Pirineos Sur

top